Eric Mangion

Director of the National Contemporary Art Centre of the Villa Arson

Contact

Keywords

  • disappearance
  • ephemeral practices
  • Performance
  • poetry
  • progressive works
  • sound

Éric Mangion est directeur du Centre National d’Art Contemporain de la Villa Arson depuis 2006. Il a notamment programmé un cycle d’expositions conçues à partir de pratiques éphémères (son, poésie ou performance) : Ne pas jouer avec des choses mortes, 2008, Poésie Action de Bernard Heidsieck, L’Encyclopédie de la Parole et Le temps de l’écoute, 2011 et À la vie délibérée !, 2012.
Il a été directeur du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur de 1993 à 2005 dans lequel il a axé une partie de la collection sur des oeuvres évolutives à partir d’éléments génériques. Autour de cet axe, il a produit les expositions Ugo Rondinone, 2001, Christophe Berdaguer et Marie Péjus, 2001, La Société Perpendiculaire, 2002, Patrick Van Caeckhenberg, 2003, Björn Dalhem, 2004, Tatiana Trouvé, 2005 ou Self in Material Conscience à la Fondation Sandretto à Turin en 2002.
Il fut également directeur artistique du Festival Printemps de Septembre pour l’édition 2010 Une forme pour toute action et commissaire associé du Festival Live à Vancouver en 2011.
Critique d’art ayant participé à de nombreuses revues dont Art Press, il assure en 2007 la direction artistique de la revue Fresh Théorie III.
Enfin, il mène depuis 2009 des recherches sur la disparition en tant que geste artistique, qu’il s’agisse d’effacement, de recouvrement, de destruction, de vol, de vandalisme, voire de la disparation pure et simple de l’artiste. Prenant appui historique sur le tableau de Robert Rauschenberg, Erased De Kooning, il s’agit d’analyser comment la disparition accompagne de manière théorique et formelle la création de notre temps.

Eric Mangion has been the director of the National Centre of Contemporary Art of the Villa Arson since 2006. He notably programmed an exhibition cycle conceived from ephemeral practices (sound, poetry or performance) : Ne pas jouer avec des choses mortes, 2008, Poésie Action of Bernard Heidsieck, L’Encyclopédie de la Parole and Le temps de l’écoute, 2011 and À la vie délibérée !, 2012.
From 1993 to 2005 he had been directing the Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur where he focused part of the collection on progressive works from generic elements. Around this axis, he produced the exhibitions Ugo Rondinone, 2001, Christophe Berdaguer and Marie Péjus, 2001, La Société Perpendiculaire, 2002, Patrick Van Caeckhenberg, 2003, Björn Dalhem, 2004, Tatiana Trouvé, 2005 or Self in Material Conscience at the Sandretto Foundation in Turin in 2002.
He was also the artistic director of the Spring Festival of September for the 2010 edition Une forme pour toute action and associated curator for the Festival Live in Vancouver in 2011.
Art critic participating to numerous reviews including Art Press, since 2007 he has been in charge of the artistic direction of the review Fresh Theorie III.
Finally, since 2009 he has been investigating disappearance as an artistic gesture, whether it is concealment, covering up, destruction, theft, vandalism, or pure and simple disappearance of the artist. Leaning on the painting of Robert Rauschenberg, Erased De Kooning from an historical perspective, he aims at analyzing how disappearance accompanies theoretically and formally the creation of our time.

Selected exhibitions / Expositions sélectionnées :

  • À la vie délibérée !, 2012.
  • Poésie Action de Bernard Heidsieck, 2011
  • L’Encyclopédie de la Parole, 2011
  • Le temps de l’écoute, 2011
  • Recommencer, Commencer de nouveau la peinture de Gérard Gasiorowski, Carré d’art de Nîmes, 2010
  • Ne pas jouer avec des choses mortes, 2008
  • Arthur Barrio, Université de Philadelphie, 2006
  • Tatiana Trouvé, 2005
  • Björn Dalhem, 2004
  • Patrick Van Caeckhenberg, 2003
  • La Société Perpendiculaire, 2002
  • Self in Material Conscience à la Fondation Sandretto à Turin, 2002
  • Ugo Rondinone, 2001
  • Christophe Berdaguer et Marie Péjus, 2001